Impossible de déterminer la selection de modèles 3D à afficher.
Impossible de déterminer la selection de modèles 3D à afficher.
Impossible de déterminer la selection de modèles 3D à afficher.
Impossible de déterminer la selection de modèles 3D à afficher.
Impossible de déterminer la selection de modèles 3D à afficher.
Impossible de déterminer la selection de modèles 3D à afficher.
Impossible de déterminer la selection de modèles 3D à afficher.
Impossible de déterminer la selection de modèles 3D à afficher.
Logo Petit RoudoudouPage d'accueil
Créer un compte

Explorez sans tabou : Sexualité avant et après l'accouchement - 10 Questions Brûlantes !

Publié par Justine, le 18 avril 2024

Table des matières

Explorez un guide captivant et éclairant sur les questions brûlantes de sexualité pendant la grossesse et après l'accouchement. Parcourez les 10 questions les plus courantes avec l'expertise de notre sexologue Anne-Calistine, qui offre des réponses enrichies par son témoignage personnel.

1) Peut-on faire l’amour pendant la grossesse ? 😲

La bonne nouvelle, c’est que pour la plupart des grossesses, la réponse est oui ! Sauf contre-indication médicale bien entendu !  

Avoir des orgasmes pendant la grossesse est bénéfique pour les parents et pour le bébé. L’orgasme libère une cascade d’hormones qui favorisent le bien-être, le sentiment de plaisir et de satisfaction. Ces hormones aident à équilibrer son humeur et à réduire le stress, et peuvent également soulager la douleur… ce qui peut être particulièrement utile pendant la grossesse ! Du côté du bébé, ces hormones traversent le placenta et créent un environnement utérin apaisant.

2) La pénétration peut-elle faire mal au bébé ?

Non, bébé est bien protégé ! Il est physiquement impossible qu’un pénis ou tout autre objet pénétrant touche le bébé, quelle que soit la taille du pénétrant ou le lieu de pénétration (vagin ou anus). Le bébé, lui, est situé dans l’utérus, protégé par la cavité amniotique, ainsi que par le mucus du col de l’utérus qui bloque les bactéries.

3) Quelles positions sexuelles sont recommandées pendant la grossesse ?

Chaque grossesse est unique, et ce qui est confortable ou plaisant pour une personne peut ne pas l’être pour une autre. La grossesse est une période de transformation et d’adaptation. La clé est l’ouverture, la communication et la compréhension mutuelle.

Néanmoins, voici quelque suggestions qui peuvent aider à rendre les rapports plus confortables :

  •          La cuillère : La femme est allongée sur le côté, avec son partenaire derrière elle. C’est une position qui évite de mettre trop de pression sur l’abdomen.
  •          La position de l’Andromaque : La femme se trouve au-dessus de son partenaire. Cette position donne un contrôle total sur la profondeur et le rythme de la pénétration, ce qui est intéressant notamment si elle ressent des douleurs ou des inconforts.
  •          La levrette allongée : La femme est à quatre pattes, mais elle se repose sur ses avant-bras, de manière à ne pas mettre de pression sur son ventre. Le partenaire est derrière elle.
  •          La position du lotus : Le partenaire est assis en tailleur, et la femme s’assoit sur lui, face à lui. C’est une position qui favorise le contact visuel et physique.

De plus, il est important de souligner que le sexe ne se limite pas à la pénétration pénis-vagin. Il existe de nombreuses autres façons d’exprimer son désir et son affection, y compris les caresses, les baisers, le sexe oral ou l’utilisation de jouets sexuels par exemple.

Vous pouvez également pratiquer la masturbation mutuelle, en face à face ou côte à côte. C’est une façon douce et rassurante d’être intime, tout en évitant l’inconfort que peut causer la pénétration. Cela permet aussi d’explorer le corps changeant pendant la grossesse, renforçant votre lien.

Le plus important est de se sentir à l’aise et en sécurité pendant l’acte sexuel. Si une position ne vous convient pas, n’hésitez-pas à l’adapter ou à en essayer une autre. La sexualité doit toujours être une source de plaisir et de connexion, et non de stress ou de douleur.

Le savez-vous ? A partir du 2-3ème trimestre de grossesse, il est recommandé aux femmes enceintes de s’allonger sur le côté gauche plutôt que le côté droit car cela permet d’éviter que l’utérus ne comprime la veine cave et provoque un léger malaise.

4) Comment gérer les différences de libido entre les partenaires pendant la grossesse et après l’accouchement ?

Il est tout à fait normal que les niveaux de libido varient pendant la grossesse… et même en dehors. Ces changements peuvent être dus à des facteurs physiques tels que les hormones, le stress, la fatigue et les changements corporels, ainsi que des facteurs émotionnels liés à la transition vers la parentalité. Pour gérer ces différences, la communication ouverte et la compréhension mutuelle sont essentielles. Exprimez vos sentiments et vos besoins respectifs sans jugement.

Soyez patients et assurez-vous de maintenir une connexion émotionnelle et affective pendant cette période. Rappelez-vous que cette phase est transitoire et que vous pouvez vous ajuster progressivement ensemble.

5) Quand peut-on reprendre la sexualité après l’accouchement si on a une déchirure/épisiotomie ?

Il est généralement conseillé d’attendre que la plaie de l’épisiotomie ou de la déchirure soit guérie avant de reprendre la pénétration. Cela peut prendre quelques semaines (4-6 semaines) donc pas de précipitation.  

Prenez votre temps et utilisez un lubrifiant pour faciliter la pénétration et réduire les frottements. Mais surtout… écoutez votre corps et vos ressentis !

Pour ma part, lors de mon premier accouchement, j’ai eu une déchirure et des micros déchirures vulvaires, ce qui a rendu les premières semaines post-accouchement très douloureuses (sans compter les douleurs de tranchées pendant l’allaitement). La sage-femme a retiré la plupart de mes points de suture environ 20 jours après l’accouchement. J’ai eu des douleurs dues à toutes les déchirures pendant 6 à 8 semaines. La cicatrice a été douloureuse puis gênante pendant les rapports sexuels au moins pendant 6 mois. J’ai pu et eu envie de reprendre les rapports pénétratifs 3 mois après l’accouchement avec mon cher ami… le lubrifiant !

6) Comment retrouver une vie sexuelle épanouie après l’accouchement ?

Il est crucial de prendre du temps pour soi. Cela inclut le fait de se réapproprier son corps en reprenant des soins personnels, ainsi que de reprendre des activités que l'on aime, comme le sport, le scrapbooking ou la peinture. Ensuite, il est intéressant de se séduire mutuellement comme au premier rendez-vous, en recréant cette dynamique de séduction et de flirt qui peut raviver la passion dans la relation.

Renforcez votre lien émotionnel en dehors de la chambre avec des gestes tendres et des conversations intimes. Explorez de nouvelles formes de plaisir ensemble, et choisissez des moments de détente. N’hésitez-pas à faire garder votre enfant pour prendre réellement le temps ! Soyez patients et bienveillants envers vous-mêmes et votre partenaire pendant cette période.

7) Quels changements physiques dus à la grossesse peuvent influencer la sexualité ?

Des changements au niveau des organes génitaux : L'augmentation du flux sanguin vers les organes génitaux peut entraîner un gonflement des lèvres et du clitoris, ce qui peut intensifier les sensations sexuelles. Cependant, certains femmes peuvent aussi ressentir une sensibilité trop forte ou de l'inconfort.

Des changements au niveau de la poitrine : Elle devient généralement plus grosse, plus sensible, peut parfois être douloureuse en raison des fluctuations hormonales.. Les mamelons peuvent devenir plus grands et plus foncés en raison d’une augmentation de la production de mélanine.

La prise de poids, les changements de la silhouette et l'élargissement du ventre peuvent affecter l'image corporelle et la confiance en soi. Chez certaines femmes, les rapports sexuels seront moins agréables à cause de douleurs liés à des problèmes comme les maux de dos, les douleurs pelviennes, ou les varices. Il est important de reconnaître que chaque femme réagit différemment aux changements physiques de la grossesse, et que ces changements peuvent varier tout au long des trimestres de la grossesse et dans la période post-partum.

8) Pourquoi les femmes enceintes sont-elles plus susceptibles de développer des mycoses pendant la grossesse ?

Il est essentiel de comprendre que les fluctuations hormonales qui surviennent pendant la grossesse peuvent affecter l'équilibre naturel de la flore vaginale. L'augmentation des niveaux d'œstrogènes favorise la croissance de la levure, notamment Candida Albicans, responsable des infections fongiques courantes comme le muguet vaginal.

De plus, le système immunitaire subit des modifications pendant la grossesse pour permettre au corps de tolérer le fœtus en développement. Cette modification peut affaiblir la réponse immunitaire de la femme, rendant plus difficile la lutte contre les infections fongiques.

Par ailleurs, les changements physiques comme l'augmentation du flux sanguin vers le bassin et le vagin peuvent aussi créer un environnement propice à la croissance des levures.

Enfin, certains comportements ou conditions associés à la grossesse, tels que le diabète gestationnel ou l'utilisation fréquente d'antibiotiques, peuvent augmenter le risque de développer des mycoses.

Il est donc crucial pour les femmes enceintes de prendre des mesures préventives telles que maintenir une bonne hygiène intime (utilisez que de l’eau pour vous laver la vulve), porter des sous-vêtements en coton et ne pas faire de douches vaginales.

En cas de symptômes suspects (démangeaisons de la vulve et du vagin, écoulement épais et blanchâtre, pertes vaginales avec une odeur désagréable…), il est essentiel de consulter rapidement un gynécologue/médecin pour un avis et éventuellement un traitement approprié.

Pour ma part, les mycoses ont été l’un des pires effets secondaires pendant la grossesse… Un enfer ! A chaque rapport sexuel, bonjour les micro-champignons… J’ai essayé tous les traitements possibles. Le seul qui fonctionnait était déconseillé pendant la grossesse mais j’ai dû utiliser 3 fois. À noter que les mycoses se transmettent pendant les rapports, mon compagnon devait lui aussi se faire soigner. La solution que nous avons adoptée les derniers mois était l’abstinence.  Je ne voulais plus en avoir et ne pas prendre le risque de contaminer le bébé lors de l’accouchement.

9) Est-ce que l’allaitement peut affecter la libido ?

Oui, mais pas pour toutes les femmes ! Lors de l’allaitement, les niveaux hormonaux subissent des changements significatifs, notamment une augmentation de la prolactine, une hormone qui favorise la production de lait mais peut également inhiber la libido. En outre, l’allaitement peut entraîner une fatigue chronique et un stress accru car c’est une tâche intense et épuisante. Ces facteurs peuvent également influencer négativement la libido et la disponibilité pour des relations sexuelles.

Les montées de lait peuvent être douloureuses et inconfortables, souvent accompagnées de seins gonflés et sensibles. Certaines femmes peuvent également ressentir des sécheresses vaginales dues aux changements hormonaux, rendant les rapports sexuels inconfortables.

Pendant des mois, j'ai vécu avec du lait qui coule sans arrêt, des soutien-gorge d'allaitement pas très glamours qui ne faisaient rien pour me sentir sexy, des douleurs aux seins, et une sécheresse vaginale qui ne rendait pas les choses plus facile. Ma poitrine était dédiée à nourrir bébé et mon corps semblait être un incubateur à temps plein. Il m'a fallu un an pour que ma libido revienne à son niveau d'avant. La fatigue quotidienne prend souvent le dessus, et parfois je préfère simplement dormir plutôt que faire l'amour mais ce n’est pas grave !

10) La rééducation du périnée est-elle importante dans la sexualité ?

La rééducation du périnée, qui consiste en des exercices visant à renforcer les muscles du plancher pelvien, est essentielle pour maintenu la tonicité et l’élasticité de cette zone. Après l’accouchement, les muscles du périnée peuvent être affaiblis, et entrainer des problèmes tels que l’incontinence urinaire/anale, les prolapsus pelviens (descente d’organes) et des difficultés sexuelle.

Dans le contexte de la sexualité, un périnée tonique et bien entraîné peut améliorer la sensibilité et les sensations lots des rapports sexuels. Des muscles pelviens musclés contribuent à un meilleur contrôle des muscles vaginaux, ce qui peut augmenter le plaisir sexuel et la qualité des orgasme. De plus, un périnée en bonne santé peut favoriser une meilleure lubrification naturelle et une grande aisance dans les mouvements lors des relations sexuelles.

Vous pouvez consulter un.e sage-femme, un.e kinésithérapeute spécialisé en rééducation périnéale pour obtenir des conseils personnalisés et des exercices adaptés à vos besoins.

Il y a des personnes comme moi qui ont depuis toujours un périnée relâché, je ne savais même pas le contracter, jusqu’à ma première rééducation périnéale vers 17 ans. J’ai ensuite fait une seconde rééducation à la suite de mon accouchement. En quelques séances, avec des exercices quotidien adaptés, mon périnée est de nouveau musclé, je n’ai plus de soucis de fuites… !

En conclusion, la sexualité pendant la grossesse et après l'accouchement est un voyage unique et personnel pour chaque individu et chaque couple. À travers ces réponses aux questions les plus fréquentes, j'espère avoir apporté un éclairage précieux et rassurant sur ce sujet parfois tabou. Souvenez-vous toujours de l'importance de la communication ouverte, de l'écoute mutuelle et de l'adaptabilité pour maintenir une relation épanouie et une sexualité épanouissante dans cette période de transition. Et n'oubliez pas, votre bien-être et celui de votre partenaire sont primordiaux.

 Merci au Cabinet Sexopedia tenu pas Anne-Callistine CREPAT MARTY

Retrouvez ces conseils sur son compte instagram